Yonder: The Cloud Catcher Chronicles

Absolument pas fan du genre de jeu comme Yonder et pas spécialement passionnée par les trailers qui ont pu être dévoilé au sujet du jeu, je dois avouer avoir été assez sceptique lors du lancement du jeu… Mais mon scepticisme s’est vite estompé devant l’ambiance simpliste mais tellement agréable de Yonder qu’on peut vite se retrouver à aimer parcourir le jeu. Yonder : The Cloud Catcher Chronicles de son nom complet, est développé par le studio Prideful Sloth, mais que vaut exactement Yonder derrière son charme au prime abord ?

Bienvenue à Gemea !

Dans Yonder, vous incarnez un enfant, qui a été abandonné par ses parents pour sa sécurité. D’entrée de jeu vous pouvez déjà définir si vous souhaitez évoluer en tant que garçon ou que fille (j’ai choisi une fille), et vous pouvez personnaliser votre personnage : taille, poids, couleur des cheveux, des yeux ou de la peau, à vous de donner vie à cet enfant (à noter que vous pourrez personnaliser ses cheveux et sa tenue au cours de l’aventure comme bon vous semble). Ce dernier va prendre la mer pour se retourner sur l’île de Gemea, à l’aide de sa boussole magique.

Hors, au cours du voyage, une tempête s’abat sur le navire qui vous transporte, et sur ses membres d’équipages. La petite héroïne va alors se réveiller devant une sorte d’esprit du nom de Aaerie sur Gemea, qui demandera à voir cette Boussole Céleste, qui est la clé de votre destinée comme Augure d’esprit. Cette même statue vous incombera une mission : éradiquer les nuages d’obscurités violets qui se sont abattus sur certaines zones de l’île, et rétablir la lumière sur ces dernières.

 

Un vaste et riche monde ouvert

Difficile d’imaginer la richesse du monde de Gemea lorsque l’on y met les pieds pour la première fois. Et pourtant ! Vous avez carte blanche pour explorer le vaste monde de Gemea, malheureusement, il n’y a aucun moyen de transport, seuls vos pieds vous seront utiles. A condition de vous munir des objets adéquats (hache, marteau, pioche, faucille, ou encore canne à pêche) vous aurez toute possibilité pour couper des arbres, détruire des rochers ou des caisses en bois, récolter des pierres, faucher les herbes hautes, ou pêcher du poisson. Chacune de ces possibilités vous offrira des ressources, telles que du bois, de la pierre, de la ficelle, pour mener à bien vos quêtes. Diverses variétés de plantes comme les arbres et les fleurs, ou de poissons sont dispatchées dans diverses zones de la carte, qui regorgent chacune de richesses. Dans ce vaste monde, vous devrez éliminer les différentes zones d’obscurité, replanter des arbres, réussir des quêtes, trouver tous les esprits cachés et développer votre exploitation agricole pour amener l’opulence dans chaque région.

 

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme

En explorant les diverses zones de Gemea vous découvrirez divers villages et habitants qui peuvent vous proposer diverses quêtes ou marchandises commerciales. A l’aide des ressources que vous trouverez, vous pourrez compléter ces quêtes qui vous rapporteront quelques petites récompenses, mais également compléter des quêtes de Guildes, qui vous débloqueront des schémas de fabrication, qui eux vous permettront de fabriquer divers objets que vous ne pouviez pas avoir, et ainsi résoudre des quêtes plus complexes…

D’ailleurs, Yonder propose également un système de commerce : vous pouvez soit acheter des objets ou des ressources avec des pièces, soit les échanger contre des marchandises, mais contre valeur égale. Et là, ça peut vite se corser : si un bel abreuvoir pour votre ferme vous intéresse, et qu’il coûte 500 pièces, vous devrez alors échanger cet objet contre plusieurs de votre inventaire, mais si vous ne proposez pas d’objets d’une valeur totale très proche et égale à 500 pièce, le commerçant vous dira non.

Esprit, esprit, es-tu là ?

Comme dit plus haut, Aaerie nous a demandé de lever l’obscurité de Gemea, et cette obscurité se trouve assez partout, sous forme de gros spectre que seuls les esprits peuvent éliminer. Sous leur nom pas forcément se rassurant d’esprit, se cache en fait des petits êtres gentils, qui se sont cachés ou se sont retrouvés bloqué à cause de l’obscurité. A vous de les trouver et de les délivrer, car seuls eux sont capables d’éliminer l’obscurité, qui nécessite la force de plusieurs esprits pour être éliminée. Certains esprits se trouvent assez facilement et se montre à la suite d’une simple interaction avec leur cachette, d’autres nécessitent de remplir une petite quête pour qu’ils soient libéré.

« Aaaaah… Ooooh… Ouuh… Huuum… »

Je conclurai ce test par ces onomatopées qui sont en fait les seules paroles que prononcent oralement les habitants de Gemea lors d’interaction avec eux. Dans l’ensemble, Yonder : The Cloud Catcher Chronicles est une assez belle petite surprise, et on se prend vite au jeu de l’exploration et du remplissage de quête, à condition que ces dernières ne soient pas trop redondantes. Graphiquement le jeu est coloré et lumineux, malgré un dessin un peu pâte à modeler qui au final n’est pas si dérangeant, on regrettera tout de même le manque de narration, car une fois la mission confiée par Aaerie c’est un peu demerdenziziche et carte blanche pour évoluer et l’absence de moyen de transport autre que nos gambettes. Ça ne plait pas forcément à tout le monde…

A propos de ce test

Jeu fourni par : Koch Media

Testé sur : PS4

Rédacteur

Pseudo :

Joueuse Xbox depuis la création de la console, j'ai joué sur tous les modèles : la 1ère, la 360 avec le merveilleux Red Dead Redemption, et la Xbox One... J'ai acquis une PS4 récemment uniquement pour les exclues comme TLOU ou Horizon Zero Dawn. Spécialiste de GTA V et Red Dead Redemption, grande adepte des jeux signés Rockstar Games, mais aussi des jeux de voitures, des jeux d'action/aventure. Bon jeu à tous !

Playstation Goldiie54

Succés XBox Goldiie54

Bons points

Bons Points Un vaste monde ouvert riche et varié...

Bons Points De nombreuses quêtes à réaliser...

Bons Points Une ambiance très agréable

Mauvais points

Mauvais Points ... Mais long à traverser car pas de moyen de transport rapide

Mauvais Points ... Mais parfois redondantes et sans grand intérêt

Mauvais Points Des échanges commercial complexes

Mauvais Points Pas de narration

commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.