Mafia III le test

Photo du profil de Queen
PC PS4 Xbox One

Il y a quatorze ans de ça, Mafia : The City of Lost Heaven, autrement dit premier du nom,  était défini comme un GTA-like de part sa liberté de mouvement et d'action. Quel drôle de chemin parcouru ! Après être revenu avec Mafia II en 2010, la consécration se confirme en cette année 2016 avec le, très attendu, troisième volet  de la licence.

Vous prendrez le contrôle de Lincoln Clay fraîchement de retour à New Bordeaux après avoir participé à la guerre du Vietnam. Suite au meurtre de sa seconde famille, son groupe de gangsters, le vétéran cherchera à venger ces personnes dans une chasse à l’homme effrénée. Autrement dit, bye bye le charme à l’italienne et bonjour l’atmosphère sombre et haineuse.

screenshot-original-55Un univers au service de l’histoire

La guerre du Vietnam a eu de nombreuses conséquences sociales. Ces vingt années de combats acharnés ont eu raison de l’ouverture d’esprit et de l’acceptation puisqu’ils ont engendrer de nombreux mouvements sociaux Entre discrimination, racisme et rejet des afro-américains, c’est dans ce contexte que les développeurs de Hangar 13 et les éditeurs de 2K Games ont souhaité mettre en avant dans ce nouveau volet de la saga. C’est, en effet, un thème assez lourd merveilleusement bien traité puisque il est retranscrit avec beaucoup de tact et d’intelligence. A titre d’exemple, si vous dérobez un véhicule dans un quartier aisé ou un quartier pauvre, la réaction des forces de l’ordre variera du tout au tout. Les discussions des PnJ sont elles aussi très révélatrices de l’ambiance des sixties.

screenshot-original-53New Bordeaux n’est autre que la version fictive de la Nouvelle-Orléans de cette époque. Avec sa grande diversité architecturales et environnementale, la ville et le jeu vous offre une atmosphère prenante dans un cadre charmant et vivant. C’est ainsi avec un grand plaisir que nous avons traversé la ville et ses alentours. Mais la véritable prouesse que les développeurs ont réalisé concerne authenticité de la modélisation. En effet, Hangar 13 est merveilleusement parvenu à rendre le charme intrinsèque à l’espace : entre vaudou, vie sauvage et urbanisme, l’espace participe parfaitement à l’immersion.

Mais les graphismes ne seraient rien sans une bonne bande originale. Celle-ci est directement tirée des sixties, offrant authenticité et réalisme. Des Rolling Stones aux Creedence Clearwater Revival, la bande-son renforce la puissance de l’atmosphère du jeu.

screenshot-original-35Si l’univers est parfaitement réussi, il faut avouer que l’écriture n’est pas en reste, bien loin de là. Mafia III n’est pas une déception comme il a été possible d’en connaître avec certains jeux. Hangar 13 a développé un jeu particulièrement réussi narrativement parlant. Toutes les cinématiques tombent à pic, avec une réalisation réussie. Le vétéran que nous incarnons est loin du stéréotype de la coquille vide. Loin d’être une brute uniquement animée par la vengeance, Lincoln se montre vraiment consistant et intéressant.

Échec de la mission !

Le jeu vous propose un grand nombre de missions scénarisées dans un monde ouvert bien connu des joueurs. Si votre objectif est d’abattre Sal Marcano, boss de la mafia italienne responsable du meurtre de votre seconde famille, il est nécessaire de préciser que celui-ci a réparti ses lieutenants à travers l’espace dans lequel vous évoluerez. Répartis dans les différents districts de New Bordeaux, il vous faudra, pour pouvoir prétendre ébranler cette organisation mafieuse, prendre le contrôle de chacun de ces territoires.

screenshot-original-39Si dans l’ensemble la quête semble basique, cette simplicité est bien plus présente qu’il n’y paraît. En effet, c’est avec une très grande répétitivité que l’histoire se déroule puisqu’il vous faudra emprunter la même méthode à chaque district : traiter avec un informateur qui vous démontrera les endroits stratégiques sur lesquels vous devrez vous concentrer afin de violemment ébranler le trafic en place, interroger des gangsters, détruire certaines cargaisons et tuer les personnes à la tête de ces trafics. Si les trafics peuvent varier entre le trafic de drogue et le trafic de prostitution, les objectifs et la méthode a employé restent les mêmes, de quoi provoquer un certain agacement après quelques heures de jeu.

screenshot-original-47Même l’idée de laisser les joueurs choisir les objectifs qui paraissait, à l’origine, intéressante pour la mise en valeur du monde ouvert, se montre finalement très redondante et rébarbative. Et ce n’est pas la prise de contrôle des districts qui va venir changer tout cela puisque ceux-ci ne resteront pas bien longtemps à vous. En effet, vous serez accompagné de 3 lieutenants appelés Burke, Cassandra et Vito auxquels vous devrez confier les districts récupérés. Bien évidemment, votre choix ne devra pas être fait à l’aveugle puisque ceux-ci pourront vous permettre de débloquer quelques avantages tels que la possibilité d’annuler les recherches de police, l’intervention de vos alliés durant vos missions et bien plus encore. Toutefois, ces éléments, bien qu’intéressants, ne se montrent pas du tout déterminants dans le jeu, de quoi en décevoir plus d’un !

screenshot-original-36Entre folle aventure et promenade ennuyeuse

L’un des véritables point noir de ce Mafia III, selon nous, concerne le gameplay. Avec une intrigue sympathique, nous avons pris grand plaisir à s’échapper d’une banque après un hold-up, à s’infiltrer sur un bateau à aube ou bien encore à traverser un parc d’attractions abandonné. Néanmoins ces actions, aussi incroyables qu’elles peuvent paraître, sont très rares. En effet, l’aventure vous amenant à ces séquences peut se montrer vraiment lassante et lente et la réalisation des missions ne vient point casser cette monotonie comme nous avons pu en parler précédemment. Mais l’un des éléments les plus lourds de cette aventure est, sans nul doute, l’absence totale de mode « trajet rapide ». Devenue caractéristique incontournable des jeux en monde ouvert, les développeurs ne l’ont pas inséré dans ce nouvel opus, rendant alors les déplacements fatigants et très longs, surtout quand vous vous déplacez pour un objectif qui ne prendra que quelques secondes à être réalisé.

screenshot-original-46Les développeurs de Hangar 13 nous avaient promis une certaine liberté d’approche, entre infiltration ou confrontation. Malheureusement le côté infiltration est parfois ébranlé par la nécessité de quelques neutralisations pour atteindre votre cible et par une IA peu réaliste. En effet, cette dernière est très peu efficace, voire stupide par moment, puisqu’il vous sera possible de passer sous son nez ou effectuer des massacres sous ses yeux sans même qu’elle soit alertée. Cette IA ne s’illustre pas non plus durant les phases de combat avec sa fâcheuse tendance à se ruer toujours au même endroit, comme si c’était la seule possibilité qui se présentait. Ces ennemis viennent alors gâcher le plaisir de l’infiltration pour la transformer en simple moyen d’échapper au combat.

Toutefois, il faut noter que les combats restent, en général, très prenants avec une mise en scène plus que réussie. Une multitude de variété d’exécution sont à votre porter, de quoi diversifier votre jeu et procurer un sentiment de toute puissance face à l’ennemi. Fort heureusement, vous ne serez pas forcé d’effectuer toutes les tâches ingrates puisque vous pourrez faire appels à vos partenaires de jeu pour les effectuer.

screenshot-original-49Mafia III prometteur mais décevant

La volonté des développeurs de renouveler la licence était sans doute très prometteuse et très jouissive pour les amoureux de la série de 2K Games, toutefois cet open-world ne paraît pas abouti. La répétitivité du jeu vient considérablement nuire au jeu qui, pourtant, possède une histoire remarquablement bien ficelée et un monde particulièrement bien modélisé. Malheureusement, l’IA et la mécanique un peu lente ne viennent pas servir le jeu, il faut reconnaître que celui-ci possède un ancrage historique très intéressants et une intrigue prenante, le tout accompagné d’une bande originale parfaitement réalisée. La durée de jeu est bien évidemment l’un des points forts malgré la redondance de certains de ses éléments.

Bon Points

  • Les éléments historiques
  • Les graphismes
  • La bande son
  • Des cinématiques très appréciables

Mauvais Points

  • Une répétitivité assommante
  • IA complètement à l'ouest
  • Un jeu non abouti
6.5

Sans Plus

Photo du profil de Queen
Tombée dedans dès mon plus jeune âge, je suis passée par un peu toutes les plate-formes. De la première game boy à la dernière Xbox, en passant par de nombreuses consoles de chez Sony. Si j'aime tous les types et modes de jeu, je dois avouer avoir un penchant pour le multi.
Aller à la barre d’outils