Killing Floor 2 le test

Photo du profil de Devil26100
PC PS4

Les zombies ont toujours eu le vent en poupe, que ce soit au cinéma, dans la littérature ou même dans les jeux vidéos. En manque de massacres et d'hémoglobine ? N'ayez crainte ! Killing Floor 2 débarque en trombe !

On va pas se mentir, la tendance dans l’univers du jeu vidéo n’est autre que le réalisme poussé à son paroxysme et la scénarisation des divers jeux. Tripwire Interactive reste, avec sa franchise bien connue, très loin de tout ça en continuant de mettre au point un bon carnage entre amis dans la lignée directe d’un Left 4 Dead. Nous avons eu l’occasion de tester le FPS coopératif aussi gore que fun !

Du sang, des boyaux, de la rate et du cerveau

Vous l’aurez compris, pas le temps pour un scénario, il y a des cervelles à faire péter. Pour les joueurs non-avertis, Killing Floor 2 est un jeu style survival-horror au sein duquel vous êtes confronté à diverses hordes ennemies. Dans le mode Survie, plusieurs vagues se succéderont, avec une pression et une difficulté augmentant à chaque fois. Du kill, du kill, et encore du kill ! Le second Mode Multijoueurs, Survie VS, est un PVP classique.

Sept ans après le premier volet, la franchise revient avec douze cartes représentant diverses parties du globe, de la France à la Russie, en passant par les Pays-Bas. Entre ruelles, labo enneigés ou sombres forêts, un large terrain de jeu vous est proposé, à vous de résister aux divers assauts des Zeds grâce à vos armes et à vos alliés. Si le jeu est principalement tourné vers le mode multijoueur, il reste possible de profiter de l’expérience en solo, toutefois, soyons honnête, c’est tellement moins cool de défoncer du Zed tout seul. Malheureusement, le jeu se montre assez répétitif.. Les parties en mode Survie n’offrent pas tellement d’originalité. Alors qu’elles ressemblent toutes, le mécanisme du jeu peut paraître complexe et donc rebutant pour certains.

Bien évidemment votre équipement est améliorable grâce à un système de monnaie. Chaque fois que le joueur tue un ennemi, il récolte de l’argent. Cet argent pourra ensuite être dépensé dans une boutique. Il sera alors possible de récupérer de nouvelles armes, de récolter des munitions et même obtenir un gilet de protection. Bref, tout ce qu’il vous faut pour résister aux différentes vagues de zombies proposant des ennemis toujours plus nombreux et toujours plus puissants. La dernière vague vous mènera au boss final. Loin d’être domestique, ce gros plein de soupe, véritable mine à PV, vous donnera du fil à retordre, d’autant plus qu’il n’arrive jamais seul mais accompagné de Zeds plus classiques. Plus que jamais, l’union fait la force.  Pour l’heure, seuls deux boss sont disponibles. Aucune surprise donc, une fois maîtrisés, répéter l’opération vous amènera à la victoire sans soucis.

Le véritable plaisir du jeu se dessine au travers de l’arsenal. Complètement fou, celui-ci rend les possibilités plus folles les unes que les autres. Si chaque classe disponible détient un équipement propre de base, celui-ci est complètement modifiable, et ce, entre deux vagues. Autrement dit, vous pouvez attaquer la premier vague au fusil à pompe et démarrer la deuxième avec un lance-flammes. Du fusil d’assaut aux armes blanches en passant par une carabine ou des doubles revolvers, tout est possible. Faites attention malgré tout à ne pas trop vous surcharger, votre course n’en sera que plus ralentie. Un système de niveau lié aux différentes classes est également présent. Celui-ci vous permet de progresser au travers des différentes classes et de débloquer des améliorations renforçant votre personnage et ses capacités.

Un visiteur, venu d’ailleurs

Qui n’a jamais rêvé d’être un zombie ?! Bon, ok, projet carrière particulier, on vous l’accorde. Mais cette possibilité est l’une des plus grosses nouveautés de ce nouvel opus. C’est par le biais du mode Survie VS que Tripwire Interactive vous invite à vous glisser dans la peau d’un Zed. Plongé dans un combat entre deux équipes composées de six joueurs chacune, l’idée paraissait très intéressante sur le papier. Malheureusement, en jeu, le ressenti est tout autre. Si la diversité existe entre les différents zombies présents dans le jeu, vous n’êtes pas libre de choisir la classe que vous voulez incarner, tout se fait par hasard. Ainsi, vous pouvez vous retrouver dans la peau d’un zombie ultra dévastateur comme dans la peau d’un Zed ultra fragile qui mourra plus rapidement.

Quoi qu’il en soit, la coopération est de mise dans ce jeu. Il sera nécessaire de s’allier sans broncher avec les autres survivants afin de pouvoir vous soigner, les soigner, vous aider dans la progression et dans l’achat d’équipement. Cette coopération est d’autant plus importante qu’il vous sera nécessaire de mettre à profit les différentes compétences de votre personnage. Entre le Soutien, qui permet de donner davantage de munitions, le Fou Furieux, qui fonce tête baissée vers les ennemis avec des armes b blanche, ou bien encore le Médecin qui soigne les alliés, il sera plus que nécessaire de faire équipe. Bref, pas de place pour la timidité et les heures de gloire solo.

Mais n’ayez crainte, vous ne serez pas perdu parmi une multitude de joueur. En effet, vous aurez la possibilité de personnaliser votre personnage. Il faudra choisir entre 11 figure prédéfinies et modifier la couleur de ses vêtements et ses accessoires. Toutes ces modifications sont possibles dès lors que vous gagnez de nouveaux objets. A la fin de certaines parties, de nouveaux objets pourront être récoltés et être échangés sur le Marché. Un système économique qui peut s’avérer lourd lorsqu’on voit le prix de certains objets.

Si on vous dit que Killing Floor 2 est à couper le souffle ce n’est pas seulement grâce au rythme effreiné de son gameplay. Toute la direction artistique du jeu et ses performances sont aussi réussies. Commençons par les graphismes, si le jeu est simpliste dans l’idée dézinguer du zombie et rien d’autre, les développeurs n’ont pas usé de cette simplicité sur tous les points. Les décors sont très bien réalisés, composés d’une multitude de détails, il offre un véritable plaisir au jeu.

Avec de l’hémoglobine du sol au plafond, des démembrement ultra gores et des membres qui volent de tous les côtés, Killing Floor 2 offre une atmosphère assez plaisante voire même jouissive par moment. Toutefois ne vous attendez à des performances graphiques extraordinaires. Avec des effets visuels relativement limités, des environnements vides et des interaction inexistantes, le jeu est assez limité. Malgré tout, le jeu se montre très stable et très bien optimisé, pour le grand plaisir des joueurs.

Qu’est ce que serait un jeu rythmé par des massacres sans une bande sonore adéquat ? Sortez les grosses caisses, les lignes de basses endiablées  et les rythmes frénétiques ! En bref, vous devrez dézinguer du zombie sur fond de métal et de rock endiablé, une bande son qui colle parfaitement au style et au rythme du jeu, ajoutant un côté encore plus fun et jouissif au jeu.

Du sang et du rock à en perdre la tête

Killing Floor 2 se décrit comme un véritable défouloir. Alors que la coopération est plus nécessaire si vous souhaitez progresser, quatre niveaux de difficulté sont présents pour vous offrir toujours plus de challenge et de fun. Avec une multitude de classes et des zombies plus rudes les uns que les autres, vous aurez de quoi vous défouler et dézinguer du Zed en masse. Plus abouti et accessible que son prédécesseur, le jeu propose un gameplay rythmé sur fond de rock et métal ultra prenants. Les amoureux de la première heure seront heureux de retrouver des éléments issus du premier volet tandis que les nouveaux joueurs découvriront un survival-horror assez plaisant. Nous ne cesserons de rappeler malgré tout que ce jeu est interdit aux mineurs, c’est-à-dire aux personnes âgées de moins de 18 ans. Ultra violent et gore, veillez aux plus jeunes d’entre nous.

Bon Points

  • Un survival-horror bien gore qui fait du bien
  • Un arsenal intéressant
  • Des performances stables
  • Un rythme effréné parfaitement complété par la bande son

Mauvais Points

  • Un gameplay un peu répétitif
  • Peu de modes de jeu
  • Un solo inutile
7.5

Bon

Photo du profil de Devil26100
Grand fan de jeux vidéos en général, je me suis spécialisé dans le FPS. Que ce soit rétro ou next gen tant que ça a une manette (ou pas) ça me convient.
Aller à la barre d’outils