le test

Le jeu commence avec une scène d’ouverture plantant le décor et la situation loufoque qui va suivre. On nous raconte l’histoire d’une bande de héros très connue, ayant sauvé plusieurs fois le royaume de diverses menaces, sauvé plusieurs princesses, abattu des monstres plus terribles encore que ce que vous imaginez, bref, ils avaient à leur actif de nombreux exploits héroïques.

Malheureusement, après une longue période de propriété et de paix, les vieux héros se sont faits oublier. Jusqu’au jour où le roi les appelle pour leur demander de conduire les princesses jumelles à l’école. Mais une menace plane sur leur tête, car c’est en ce jour fatidique que les forces du mal on décide de conquérir leurs terres.

Comme la majeure partie des jeux du genre, l’histoire est au second plan, elle donne juste un prétexte, un genre d’accessoire, aux joueurs de parcourir un monde ( même si dans certain rogue-like l’histoire est beaucoup plus importante qu’elle n’y paraît). Même si Has-Been Heroes jouit d’une histoire originale et amusante, il ne déroge en rien à la règle et l’histoire n’est clairement pas l’intérêt premier du jeu.

Préparez vous à mourir

Une fois ce point de l’histoire effectué, place au tutoriel qui vous apprendra les bases du titre. Néanmoins, une fois fini et lâché dans le jeu, il est très probable que votre première run soit catastrophique. On aurait donc préféré un tutoriel beaucoup plus explicite et complet au vu de la difficulté du titre, puisqu’il se montre franchement ardu et frustrant au début.

À l’instar de tous les rogue-like, vous devrez parcourir tout un chemin défini procéduralement afin d’atteindre le boss du niveau et l’occire. Attention toutefois à vos actions ! Chaque erreur est fatale, et Has-Been Heroes est partisan du Permadeath, comprenez la mort permanente, qui, une fois arrivée, mettra fin à votre partie et tout sera de nouveau à refaire.

Même si la mort est frustrante, elle est très importante et riche en enseignement. Chaque mort vous apprendra une chose sur le gameplay, sur les petites erreurs à ne plus commettre à l’avenir. De plus, après chaque mort, une fois un nombre défini de monstres battus et d’âmes récupérées, des objets ou sorts s’ajouteront au jeu et pourront être achetés lors de vos prochaines runs.

L’exploration de carte, la clé de la victoire

Avant de parler du déroulement des combats, il me semble judicieux de parler de l’exploration de carte. En effet l’exploration est la clé de la victoire. Grâce à cela vous pourrez récupérer de l’argent, des objets et des sorts qui vous seront indispensables lors des différents combats. Vous pouvez très bien foncer jusqu’au boss, mais c’est fortement déconseillé.

Le chemin le plus long est souvent le plus intéressant à prendre, comme vous pouvez le voir sur l’image ci-dessus, vous ne savez pas ce qui vous attend sur les différentes étapes. Les petits points sont susceptibles d’être un affrontement, tandis que le gros point d’interrogation accueillera une curiosité. Ces derniers sont de plusieurs catégories, Coffres verrouillés (besoins d’une clé) ou non, Campement (restaure l’endurance), CartographeParieur accessoire ou sort (jeu de hasard) ou encore des Marchand de clésMarchand d’accessoires et Marchand de sorts.

Si vous voulez avoir toutes les clés en main afin d’occire les ennemis sur votre route, l’exploration est très importante et réfléchir à quel chemin prendre l’est tout autant. Néanmoins le hasard a une grosse influence sur le gameplay, il est possible lors d’un run qu’aucune curiosité intéressante n’apparaisse.

Des combats Stratégique et nerveux

Maintenant, passons en revue le système de combat, cœur même du jeu. Ils sont stratégiques et nerveux, mais aussi horriblement compliqué et demandent une grande concentration. Une fois un combat engagé, votre but sera de tous les éliminer, ou de résister pendant un temps défini. Niveau ennemis, malgré leur design, ils restent assez communs, squelettes, fantômes, plantes carnivores etc…

Les combats peuvent faire penser à Plantes VS zombies. Ils se déroulent sur 3 lignes et vous devrez abattre les ennemis avant qu’ils arrivent à votre portée et réduisent votre barre de vie. Pour ça vous pourrez soit les attaquer avec des coups de base, soit avec des sorts. Les sorts sont très utiles, ils génèrent des effets sur les ennemis touchés et divers combos sont réalisables. Par exemple, vous pouvez tremper un ennemi et le foudroyer ensuite pour maximiser les dégâts.

Mais la stratégie des combats ne s’arrête pas aux combos puisque chaque ennemi aura un ou plusieurs carrés d’endurance (vert) qu’il faudra réduire afin de pouvoir leur porter un réel coup qui attaquera leur barre de vie et les éjectera loin sur le bord droit de l’écran. Trois classes de héros sont disponibles : Voleur, Guerrier et Mage. Chaque classe portera un nombre de coups définis qui va de 1 pour le guerrier à 3 pour le voleur. Gérer le nombre de coups portés à un adversaire est donc crucial pour bien s’en sortir.

Pour cela, vous pouvez changer vos héros de ligne, mais seulement si l’un d’entre eux effectue une action, et chacune d’entre elles aura son propre cooldown défini. Et c’est bien là le côté stratégique des combats, mais aussi sa difficulté. Si vos actions sont mal calculées, vous serez submergé d’ennemis et il faudra impérativement reprendre le dessus, car la mort arrive très vite. Si un seul de vos héros meurt, vous aurez perdu la partie. Heureusement qu’une pause active est là, utilisée là sans modération.

Il est important de parler de la maniabilité du titre. Has-Been Heroes est très maniable avec une manette, chaque touche a son utilité et le tout est intuitif. Néanmoins, sur PC c’est une autre paire de manches. La rapidité du titre et la maniabilité à la souris rendent le tout beaucoup moins intuitif, malgré la pause active.

Un style BD qui colle bien a l’univers

Après avoir fait une magnifique 2D pour trine, les membres de Frozenbyte sont restés sur le même style mais plus tourné cartoons. Mais ce dernier colle magnifiquement bien à l’univers, ainsi qu’au gameplay de ce titre, ajoutant un peu d’humour et de légèreté dans ce jeu incroyablement dur. Les couleurs sont chatoyantes, les animations sont jolies et le character design est bien trouvé.

Niveau bande-son, Ari Pulkkinen, le compositeur de la magnifique bande-son de Trine, a laissé place à deux compositeurs internes au studio, en la personne de Sauli Lehtinen et Jori Kemppi. La musique de Trine a donc laissé place à de la musique générique sans vraie saveur dans Has-Been Heores. Même cette dernière est plutôt entraînante par moments, elle reste des musiques d’ambiance de zone ou de combats, elle fait bien son travail, mais n’arrive pas à nous subjuguer.

Un bon rogue-like

Malgré une difficulté ardue dans les combats et une part de hasard frustrant, Has-Been Heroes est très addictif. On ne retiendra pas ce titre pour son histoire ni sa bande-son, mais bien pour son gameplay nerveux, stratégique et intuitif. Si vous n’êtes pas frustré par la mort et adepte de cette satisfaction à triompher des jeux complexes, ce jeu est fait pour vous.