Endless Space 2 le test

PC

Il y a un genre sur PC qui est unique. Ce dernier est dangereux car il est souvent associé à de longues nuits de jeu, à la fameuse phrase “encore un tour et j’arrête”, et le plus souvent, à d’excellents souvenirs. Je parle bien sur du 4X. Après une sortie en Early Access en octobre 2016, voici que Endless Space 2 est disponible en version retail.

Petit rappel sur ce qu’est un 4X. C’est donc un jeu de stratégie généralement en tour par tour où vous contrôlez une nation/empire avec pour objectif de la faire prospérer voir dominer le reste du monde/galaxie/univers. ce style de jeu se base sur 4 principes fondamentaux : Exploration, Expansion, Exploitation et Extermination (d’où les 4X).

Si Civilization est le plus connu de tous, d’autres jeux sont d’excellents opus et prône un aspect futuriste plutôt que pseudo réaliste. Le dernier en date étant Stellaris. Endless Space 2 est donc le dernier née de ce genre par les français du studio Amplitude. Le premier épisode est sorti en 2012 et a plutôt bien fonctionné commercialement (500.000 exemplaires vendus), le second épisode se devait d’être à la hauteur.

Pour les habitués du genre, Endless Space 2 reprend la base de ce style de jeu en proposant un maximum de possibilités pour créer une partie (seul ou à plusieurs). Il propose également un mode Débutant, limitant les possibilités et en vous faisant jouer qu’une seule faction, soit l’empire unifié humain dirigé par l’empereur Zelevas. Vous êtes en charge de faire prospérer ce dernier au sein des étoiles en ne reculant devant aucun défi.

La galaxie disponible dans ce mode est assez petite comparé à d’autres, notamment Stellaris qui, suivant les paramètres peut être gigantesque, mais rassurez-vous en jeu standard c’est une autre histoire !

La gestion poussée aux moindres détails

Endless Space 2 est plus que complet, que ce soit avec les races principales, 16 factions mineurs (que l’on peut assimiler, détruire, etc.), les possibilités de paramétrage de partie, comme le nombre d’adversaires, leur niveau de compétition, performances, la taille et âge de la galaxie, etc.. Bref tout est en place pour faire plaisir aux joueurs et générer des sessions de jeux parfaites.

Amplitude a poussé la gestion très loin car au sein de votre empire vous devrez explorer et coloniser d’autres systèmes (ce qui peut générer une course entre différents avant-poste de plusieurs races pour coloniser ce dernier), analyser des curiosités galactiques, pouvant déclencher des attaques de pirates de l’espace, découvrir de nouvelles technologies ou encore des ruines de civilisations disparues !

Le déplacement spatial peut, suivant votre technologie, être lié au “couloir” inter-système, ou vous permettre de vous déplacer entre deux systèmes via le “vide spatiale” mais seulement si vous connaissez l’emplacement du système stellaire de destination !
Par souci de fluidité vos futurs flottes sont limitées en taille mais également en affichage via une représentation en fil de fer du vaisseau principal (souvent celle du héros associé). Pas de problème vu que les batailles sont elles en 3D et plutôt bien faites (vous pouvez si vous le souhaitez désactiver le mode graphique pour n’avoir qu’un compte-rendu de batailles).

Même chose pour la gestion de vos systèmes solaires, il n’y a pas de beau graphismes 3D (hormis l’affichage des planètes) mais pleins de menus avec statistiques des ressources et des graphiques. Maintenant l’interface générale est plus que propre, la représentation de la galaxie est top (bien plus que Stellaris par exemple) le tout accompagné de musiques douces et plaisantes.

Revenons à nos planètes. Lorsque vous prenez possession d’une planète cela vous propulse propriétaire du système entier ! Et suivant votre technologie vous pourrez par la suite coloniser les autres planètes du système afin de le rendre encore plus rentable. Attention cependant à votre politique d’expansion car votre gouvernement ne peut supporter qu’un certains nombres de systèmes contrôlés avant de subir des malus de satisfaction de votre peuple.

Dans Endless Space 2 il y a deux types distincts de ressources. Les standards (nourriture, industrie, science, Brume, Influence, Main d’Oeuvre) et les rares, aux nombres de 16 sont plus difficiles à obtenir, vous obligeant à évoluer technologiquement pour les exploiter mais sont très profitable au commerce ou à l’armement.

Comme dans tous les 4X vous devrez au sein de vos systèmes stellaires construire des bâtiments afin d’augmenter la production de ressources primaires ou rares mais également pour augmenter la satisfaction de votre peuple mais également votre influence, indispensable pour vos actes diplomatiques. Enfin si la planète ne vous convient pas vous aurez la possibilité de la terraformé afin qu’elle corresponde à vos besoins mais également de la spécialiser en production d’une ressource primaire.

Une diplomatie intéressante

La diplomatie est à la fois dans un 4X sont point fort et son point faible et Endless Space 2 ne fait pas exception à la règle malgré quelques bonnes idées et originalités. Vos rapports diplomatiques fonctionne via une barre de pression d’influence qui bouge suivant votre statut avec les autres peuples ainsi que votre force économique et militaire. Chaque demande coûte un certain nombre de points d’influence qui peut être proposé à la faction adverse. cela va de la simple déclaration de guerre, comme d’un accord commercial ou scientifique mais également de créer une Alliance afin d’être encore plus puissant.

Une fois l’alliance crée l’ensemble des points de chaque faction sont cumulés ce qui rend ces dernières encore plus dangereuses car les différents moyens de victoires montent beaucoup plus vite. Amplitude a ajouté l’état d’esprit de la faction sur le menu vous permettant de savoir si ce dernier est enclin à la négociation ou non, de plus le bouton “Suggérer les termes” vous aidera à formuler une offre qui a une chance d’être acceptée (pas toujours), attention cependant car cette suggestion se base exclusivement sur le niveau de la barre de pression d’influence et vous pourriez avoir des conseils fort coûteux !

Malheureusement l’IA a toujours tendance, et ce même si vous êtes bien plus fort, à vous déclarer la guerre pour avoir juste fermer vos frontières ! De plus il manque aussi certaines requêtes comme exiger le retrait des flottes de vos systèmes solaires (en mode “Guerre froide” vous pouvez les détruire sans que la faction hurle au scandale ! Étrange..). Pour autant cette partie très sensible des 4X est de très bonne facture dans Endless Space 2 et pour ma part bien meilleure que sur Stellaris ou Civilization VI.

L’autre partie intéressante concerne votre propre gouvernement. Chaque race principale commence avec un gouvernement spécifique (l’Empire Unifié en Fédération, les Sophons en démocratie, etc..), que vous pouvez changer parmi les 4 possibilités (comme Dictature ou République) en respectant les prérequis et en dépensant suffisamment de points d’influence.

Attention cependant à la période d’anarchie qui suivra ce changement. A l’exception de la dictature des élections régulière se feront afin d’élire les sénateurs de votre empire. Vous pouvez influencer ce vote via des pressions ou des financement afin d’élire le partie qui vous intéresse parmi les 6 disponibles. Chaque parti, suivant son influence au sénat et son expérience pourra vous débloquer des lois ayant un impact importants et immédiat sur votre empire. A vous de jouer pour avoir les lois qui vous intéresse et éviter qu’un parti vous les retire !

De nombreux événements durant votre partie influencent le peuple vers tel ou tel parti (comme découvrir une ruine sur une planète, allez-vous l’étudier pour augmenter votre ressource de science au détriment de l’industrie, augmentant en même temps l’idéologie scientifique ?)

Une personnalisation des flottes originales

Passons maintenant à la partie la plus sympa de ce style de jeu, la conception de votre armée. celle-ci se compose de 2 parties. Vos troupes au sol et vos vaisseaux. Vos soldats ont deux fonctions, défendre vos mondes ou envahir ceux des autres. Ces troupes sont fabriqués à partir de votre main d’oeuvre et vous pouvez les améliorer via le menu adéquat mais également répartir vos forces entre votre infanterie, vos véhicules blindés et votre force aérienne. Cette répartition est importante pour pouvoir affronter tout type d’ennemi.

Lorsque vous attaquez un monde ennemi vous avez le choix en trois techniques d’attaques spécifiques comme le pré bombardement orbital (efficace mais destructeur sur les bâtiments), la guérilla ou encore l’assaut éclair qui permet d’écraser l’adversaire rapidement si vous êtes bien plus nombreux qu’eux.

A l’inverse en cas d’invasion ennemi vous pouvez soit augmenter vos troupes via l’enrôlement de la population (et la perte d’un point de pop), soit défendre les infrastructures de votre système au détriment de vos troupes, soit vous rendre. Chaque choix dépendra de l’équilibre des forces mais également des races ennemies !

Concernant les vaisseaux spatiaux, la personnalisation est centrée sur les modules. Au fur et à mesure de vos découvertes scientifiques de nouveaux types de vaisseaux seront disponibles. Chaque type a un rôle définit comme les vaisseaux d’attaques, d’escorte ou de transports de troupes. Ses vaisseaux ont un nombre de modules (les petits ronds) eux-mêmes répartis en plusieurs types (attaque, défense, soutien). Vous pouvez soit laisser le jeu vous proposer automatiquement un modèle soit le concevoir vous-même. C’est très simple et cela permet de créer tout ce que vous voulez. Votre progrès mais également vos découvertes dans l’espace vous octroieront des modules uniques et spécifiques, mais cela augmentera le coût de votre vaisseau (avec une consommation de ressource rare).

Ici aussi les combats sont influencés par des “cartes” ou plus exactement une action spécifique lors de la bataille. Par exemple vous pouvez décider de passer en mode tortue et augmenter de 55% la résistance de la coque de vos vaisseaux ou Tir de Barrage qui augmente les dégâts à longue portée de vos armes ? Comme pour le reste, de nouvelles tactiques seront disponibles via vos recherches d’anomalies ou scientifiques. Un autre facteur à prendre en compte et le lieu de vos batailles car ces derniers peuvent également être impactés par un trou noir (qui réduit les dégâts par projectiles) ou un champ d’astéroïdes qui réduit la précision des tirs. A vous de bien choisir le lieu d’affrontement.

Excellent mais imparfait

Endless Space 2 est un excellent 4X, ultra complet et très addictif, il propose suffisamment d’activités pour de longues, très longues parties seul ou en multijoueur. Il a néanmoins quelques défauts. Le plus important est que, une fois la partie bien avancée dans une grande galaxie, le jeu à un peu de mal à ne pas ralentir, ce que soit lorsque votre tour commence, ou lors de la cinématique de fin en cas de victoire.

Même en réduisant les graphismes on sent qu’il a du mal à tout gérer. L’autre point est que malgré une diplomatie intéressante, l’interaction avec les autres races se résument en deux points : guerre totale ou alliance, ce qui est dommage car on passe plus de temps à courir après les flottes ennemies (quand l’IA passe en Sournois, attendez-vous à prendre une attaque au pire moment), que d’essayer de nouer des contacts pacifiques. L’autre point est lorsque vous faites partie d’une Alliance, vous subissez les décisions politiques des autres membres sans pouvoir donner votre avis (ou votre véto), provoquant le plus clair du temps une véritable orgie de guerres galactiques…

Malgré tout je ne peux que conseiller vivement Endless Space 2 à tout fan de 4X et de jeux de stratégie tant il est plaisant d’y jouer. Attention aux nuits blanches !

Bon Points

  • Races uniques à gameplay unique
  • Un peu d’humour dans cette galaxie de brutes
  • Ultra complet
  • Une jolie galaxie malgré un affichage simple

Mauvais Points

  • Diplomatie
  • Ralentissement quand notre empire est gros
  • Le peuple vire trop souvent vers la faction militaire
8.5

Super

Rôliste, Metalleux et jouant aux jeux vidéos depuis trop longtemps pour le chiffrer, je reste passionné par ce média, particulièrement les RPGs sur lesquels je me suis bâti une solide expérience. Chez moi pas de préférence. Ce sont les jeux qui font la console et pas l'inverse !
Aller à la barre d’outils